interventions en Conseil de Paris

SIDA : Paris, la ville la plus touchée par l’épidémie en France

Nous sommes à deux semaines de la Journée mondiale du sida qui a lieu, comme chaque année, le 1er décembre.

Depuis 1981, ce sont 78 millions de personnes infectées et près de 40 millions de morts liées au sida dans le monde et l'épidémie est, hélas, loin d'être endiguée.

L’implication de la Ville de Paris dans la lutte contre le sida par le soutien actif aux associations, parmi lesquelles "Sida Info Service", dont il est question dans cette délibération, n'est plus à démontrer. Reste que, plus de 30 ans après la découverte du V.I.H., la prévention est plus que jamais nécessaire et notamment à Paris.

Plus alarmant : les chiffres du sida en France qui ne diminuent plus. C'est ce qu'a révélé un rapport de l’INVS, recensant le nombre estimé de nouvelles séropositivités en 2012 : 6.372, c'est le nombre de nouvelles contaminations, un chiffre qui ne faiblit pas depuis 2007.

En 2014, 150.000 personnes sont porteuses du virus du sida en France. Parmi elles, 50.000 personnes ne le savent pas ou n'ont aucun suivi médical. Les 25-49 ans sont les plus touchés et 98 % des contaminations ont lieu lors de rapport homo ou hétérosexuels. Seuls 39 % des nouveaux cas sont diagnostiqués précocement, ce qui reste insuffisant quand on sait que, plus le diagnostic se fait tôt, plus les traitements sont efficaces.

Selon le professeur Jean-François DELFRAISSY, il ne s'agit pas d'une épidémie généralisée en France, car on sait qui se contamine. On devrait donc pouvoir prévenir de façon ciblée. Il faut, pour cela, ressasser l'importance du préservatif et, dans certaines populations à risque, l’utilisation de médicaments de prévention.

Selon les dernières statistiques de l’INVS, près de 1.100 Parisiens ont découvert leur séropositivité en 2011, contre 1.500 en 2003. Paris est ainsi la ville la plus touchée par l’épidémie en France, avec un nombre de victimes cinq fois plus élevé que la moyenne nationale.

Un pharmacien du 4e arrondissement faisait part à un de mes collègues du 4e du désintérêt inquiétant face à la prévention.

La prévention doit être encouragée et même renforcée, d'où l'importance du travail que fait l'association "Sida Info Service", fondée en 1990 par l'association AIDES et l'Agence française de lutte contre le Sida dont on connaît le service national d'écoute téléphonique destiné à informer, orienter et soutenir toutes les personnes concernées par cette maladie. Et, là encore, la première région d'origine des appels est l'Ile-de-France.

Mais "Sida Info Service" est aussi un centre de santé sexuelle ouvert en 2010 : "Le 190", parce que situé au 190 boulevard de Charonne dans le 20e arrondissement. Cet établissement a pour objectif de participer à la réduction de l'épidémie associée au V.I.H., aux infections sexuellement transmissibles et aux hépatites, auprès des personnes les plus exposées, du fait de leur sexualité ou d'une situation discriminante par rapport à l'offre de prévention et de soins.

"Le 190" vise tout particulièrement à la prise en charge précoce des primo-infectés par le V.I.H., notamment dans un objectif de prévention secondaire, autrement dit par la limitation de la transmission au partenaire.

"Le 190" est un centre de santé polyvalent, agréé, qui reçoit les assurés sociaux, ainsi que les bénéficiaires de la C.M.U. et de l'aide médicale d'Etat. La file active du "190" est passée de 1.221 usagers en 2012 à 1.613 en 2013.

Il y a urgence à vaincre le sida et nous devons tout mettre en œuvre en matière de prévention et d'information pour y parvenir.

Comme l'a dit aujourd'hui Michel SIDIBÉ, Directeur général de ONUSIDA, "nous avons infléchi la trajectoire de l’épidémie, nous avons maintenant cinq ans pour l’endiguer pour de bon ou voir, prévient-il, l'épidémie repartir et devenir hors contrôle".

La Journée mondiale du sida 2014 portera le thème "Objectif zéro : zéro nouvelle infection au V.I.H., zéro discrimination et zéro décès lié au sida". On peut rêver mais, pour cela, tout reste à faire.