Tolu le petit ecolo de Karen Taieb

Tolu le petit ecolo

Ce conte a été joué notamment au Petit Théâtre des Variétés à Paris en 2012

 

Les aventures de Tolu Le petit écolo de Karen Taïeb

Tolu a beaucoup de qualités mais il a un grand défaut : 

il n’aime pas se réveiller le matin ! 

Il adore rester sous la couette et chaque jour, c’est la même histoire. Sa maman ne sait plus comment faire.

 

- Dis Tolu, l’horloge tourne, et tu es encore dans ton lit ! lui dit-elle

- Je n’ai jamais vu une horloge tourner, lui répond-il d’une voix encore endormie.  

-  C’est une expression, Tolu ! Ca veut juste dire que le temps passe et que tu vas être encore en retard à l’école ! 

- Je me lève, mais encore une minute M’man, lui répond Tolu en s’étirant.

La maman de Tolu se met à préparer le petit déjeuner dans la cuisine. Du chocolat chaud et de bonnes crêpes ! La voilà rassurée lorsqu’elle entend enfin l’eau du robinet couler. C’est Tolu qui se brosse les dents ! 

Il a la bouche pleine de dentifrice quand soudain une petite abeille lui pique l’oreille. 

- Aïe, ouïe, bondit-il.

- Désolée, on ne laisse pas le robinet d’eau couler pendant que l’on se brosse les dents !  lui sermonne une petite abeille

- Mais tu es qui, toi ?

- Je suis Miss Darling !

- Une abeille qui parle !?

Tolu s’en frotte les yeux d’étonnement. 

- Oh, ça a l’air de te surprendre !

- Tu m’as surtout fait mal à l’oreille ! 

- Et toi, tu gaspilles l’eau pendant que d’autres enfants meurent de soif dans le monde !

- T’es où je ne te vois plus, lui demande Tolu qui se met à la chercher dans tous les coins de la salle de bain. 

- Je suis là ! lui répond malicieusement l’abeille.

Tolu regarde au plafond. Il cherche derrière la porte, mais rien. 

- Allez montre-toi, supplie Tolu

-Tu y es presque ! se moque-t-elle.

- Tu n’es pas très courageuse l’abeille, sors de ta cachette, l’implore-t-il  

- Tu brûles !

Il cherche sous le tapis de bain. Toujours pas de Miss Darling !  Il sort alors de la salle de bain et sursaute à nouveau.

- Aïe, ouïe ! crie Tolu

- Cette fois, c’est pour la lumière que tu n’as pas éteinte en sortant ! lui rappelle énergiquement Miss Darling.

-Dis, tu comptes contrôler mes gestes tout au long de la journée, lui répond Tolu exaspéré. 

- Tu gaspilles de l’énergie et tu voudrais peut-être que je t’’applaudisse !

- Mais tu n’as rien à faire d’autre en ce moment l’abeille ?  Pas de fleurs à butiner, pas de miel à fabriquer ?

- Ah non, en ce moment, je fais le tour des maisons pour voir si on y respecte la planète et c’est chez toi que j’ai atterri ! 

- C’est vraiment. Pas de chance ! bougonne Tolu. 

- Tu verras, je ne suis pas si détestable ! Tu apprendras vite à me connaître ! lui promet l’abeille. 

- Et bien moi, j’me serai bien passé de ta visite ! lui rétorque Tolu

 

Au loin, sa mère lui demande une nouvelle fois de se presser. Elle ne sait pas qu’une drôle d’invitée a élu domicile chez eux. 

- J’arriiiiiiiiiive !!! lui répond-il.

Tolu, les cheveux encore ébouriffés, arrive enfin dans la cuisine parfumée des odeurs de crêpes et de bon chocolat chaud. 

- Dis Tolu, tu parlais tout seul, lui demande sa mère.

- Heu… Non m’man, je récitais ma poésie ! répond-il en enfilant son cartable sur le dos.

 Tolu avale une goutte de lait, fait une bise à sa maman et se sauve. 

- Mais tu n’as même pas fini ton bol ! Et tes crêpes ? s’égosille la maman de Tolu

- Je n’ai pas trop faim, m’man, je me rattraperai au gouter. Garde-moi des crêpes ! dit-il en claquant la porte.

 

Sa maman a à peine le temps de mettre le bol dans l’évier que l’on sonne à la porte.

- Tiens, qui peut bien sonner ? Je n’attends personne ...marmonne-t-elle.

Elle ouvre la porte et c’est Tolu qui revient entouré, cette fois, de ses camarades,Bénédicte, Laura, Jonas et Romain.

- Mais que faites-vous là ? L’école est fermée ? demande-t-elle surprise.  

- Non m’man, mais je ne sais pas trop ce que j’ai, lui répond Tolu, fébrile.  

- C’est vrai, tu es tout pâle, s’inquiète sa mère. Mais que t’arrive-t-il ? 

- Je me sens tout bizarre … j’ai vraiment trop sommeil …

Il a à peine terminé sa phrase qu’il ferme les yeux et s’endort comme évanoui sur le canapé du salon. Serait-ce l’effet Miss Darling ?

- Tolu, Tolu ! Ne t’endors pas si vite, réponds-moi !  Mais dis quelque chose !lui dit-elleen lui tapotant les joues. 

 

Tolu, lui, semble déjà très loin dans ses rêves. 

Les amis de Tolu sont autour du canapé. Ils essayent de le ranimer, mais rien. Pas un geste.

Romain le remue d’abord délicatement puis le bouscule plus vigoureusement. Mais pas un mouvement. Une vraie momie !

  

II

 

Une heure passe, puis deux, mais, toujours rien.

Chacun guette le moindre battement de cil. Tolu dort profondément.

- Comment faire ? demande Bénédicte, inquiète.

- J’ai une idée : et si on appelait les secours ? suggère Laura 

- Mais non, je suis sûr qu’il nous fait sa comédie ! Il l’a surement fait exprès pour ne pas aller à l’école ! ronchonne Jonas.

Romain, lui, continue de secouer Tolu, en espérant qu’il va vite se réveiller. 

La maman a les larmes aux yeux et soupire :

- Pour moi, c’est comme si le monde s’était arrêté de tourner ! 

Tolu, se réveille alorssubitement en criant : « Mais c’est justement ce qui pourrait arriver si nous ne faisons rien ! »

- Comment-ça ? lui demande Bénédicte

- Il est quelle heure ? demande Tolu.

- Il est presque 11 heures ! lui répond Laura.

- Mais que fait-on encore là ? Nous sommes en retard !

- C’est à toi de nous le dire, Tolu, que s’est il passé ? lui demande Bénédicte.

- Il m’est arrivé un truc de dingue : j'ai fait un cauchemar, un cauchemar qui ne voulait plus s’arrêter... 

- Raconte ! lui demande curieux Jonas.

- J’étais sur la banquise qui fondait, qui fondait, qui fondait …

- Mon pauvre petit chou ! soupire sa mère.

-   Et puis … ? ajoute Jonas pressé de connaître la suite.

 -  Et puis, et puis, je ne savais plus où marcher, tout fondait sous mes pieds, poursuit Tolu

- Et alors ?...

- J’allais m’enfoncer sous l’eau gelée quand un ours blanc m’a  rattrapé par la capuche de ma doudoune en me disant « je te sauve pour cette fois à condition que tu deviennes un terrien responsable ! ». 

- Et puis ?...

- Et c’est là que je me suis réveillé, enfin je crois !

 - Heu, petite question : ça veut dire quoi un terrien responsable ? demande Laura 

- Faire un peu plus attention à notre terre parce qu’elle est en train de souffrir ! répond Tolu

- T’as déjà entendu la terre se plaindre toi ? C’est impossible ! se moque Jonas 

- Tu ne comprends vraiment rien Jonas ! 

- Ben quoi,  je ne crois pas aux rêves et encore moins aux cauchemars ! 

- Moi, je te crois Tolu. Que faire alors pour la Terre ? demande Laura. 

- Se mettre au boulot. Et nous n’avons pas une minute à perdre ! Nous allons transmettre le message de Madame la Terre à tous nos camarades !

Excellente idée, s’écrient ils tous en chœur. 

Tous Sauf un,Jonas : 

« Madame la Terre » !  Et moi je suis Monsieur Jupiter peut-être ?

- Dis t’as mangé de la vache enragée au petit déjeuner ou quoi ? 

Tu n’es pas obligé de nous suivre dans cette aventure si tu n’en as pas envie, lui répond Tolu en chef de bande. 

- Euh, si, si, je viens, ça a l’air drôle votre histoire de terrien écolo ! 

- Alors, je compte sur vous, signons un pacte ! conclut Tolu.

 

De joie, la maman de notre petit écolo fait alors sauter les crêpes que tout ce petit monde dévore avec plaisir. 

Miss Darling en profite pour picorer, incognito, le reste de sucre dans les assiettes ! 

 

III

 

D’un pas rapide, Tolu et ses camarades se dirigent vers l’école. L’institutrice, les voyant arriver au loin, leur fait un signe de la main. 

Elle s’apprête à les renvoyer pour cause d’absence en classe mais  elle ne sait pas encore qu’ils sont en marche pour une véritable mission !

 

- Bonjour Madame Delaporte ! s’écrient-ils.

- Bonjour les enfants ! C’est à cette heure-ci que l’on arrive ? L’école n’est pas un moulin. Je suis désolée les enfants, mais je ne vais pas pouvoir vous laisser entrer ! Visiblement vous aviez mieux à faire ! houspille Madame Delaporte.

- Pas du tout, heu… dit Laura d’une voix fluette.

- Comment ça pas du tout ? J’espère que vous avez une bonne excuse à me donner !

- Nous allons tout vous expliquer, répond Romain.

- Et bien je vous écoute !

- Nous voulons Sauver la Terre ! répond Tolu

- Oh, mais ça m’a l’air bien plus sérieux que je ne le pensais !

 

Madame Delaporte les invite à la rejoindre dans son bureau.  

 

-  Et bien, les enfants, allez-y, je vous écoute !  

- C’est Tolu qui a fait un drôle de rêve ! annonce Laura

- Oui mais moi, je dis que ça n’est qu’un rêve !  poursuit Jonas

- Jonas, laisse parler ton camarade ! Qu’avait-il de si drôle ce rêve ? 

- Il n’était pas vraiment drôle, mais plutôt inquiétant. C’est la terre, Madame Delaporte. Nous n’y faisons pas attention. On la pollue, on l’abime, on la surchauffe. Et la température ne cesse d’augmenter ! 

- Oui bon, ce n’est pas non plus la fin du monde ! s’empresse d’ajouter Jonas. 

Tolu coupe son camarade sur un ton très énergique :    

« Ce n’est pas ce que dit Miss Darling, en tout cas !  »

- Mais qui est Miss Darling ? demandent les enfants surpris.

- Je vous expliquerai ... esquive Tolu. Mais si on ne fait rien, la température va continuer d’augmenter et d'ici un siècle ce sera 5 ou 6° C de plus … La nature sera bouleversée. Dans 100 ans au pôle nord, il n'y aura probablement plus de glace en été. Il y aura de plus en plus de tempêtes, des cyclones, des raz-de-marée ! 

- Dis, c’est quoi un raz de marée ? demande Bénédicte inquiète.

- Miss Darling dit qu’un raz de marée, c’est une énorme vague qui peut atteindre la hauteur d’un immeuble et aller tellement vite qu’elle peut tout détruire !  

- J’ai peur ! soupire Bénédicte.

 

Madame Delaporte demande à son tour à Tolu qui est Miss Darling. Mais ce dernier fait comme s’il n’avait rien entendu. 

 

IV

Après cette grande discussion, Madame Delaporte retrouve tous les élèves dans la classe.

- Aujourd’hui, les enfants nous n’allons pas faire de dictée mais nous allons écouter Tolu qui a énormément de choses à nous dire.  

Toute la classe pousse un cri de joie : une dictée de moins, c’est toujours ça de gagner !  

Tolu a rejoint le tableau et tout tremblant, il entame un véritable discours. 

-         Mes chers amis, mes chers camarades de classe 

La Terre … vous aimez la terre ? 

Elle nous donne des fruits …

Elle nous donne des fleurs … l’air pour respirer et l’eau pour vivre. 

Et bien, nous sommes en train de polluer la Terre.

Miss Darling dit que cette pollution, c’est nous qui la fabriquons ! Le gaz des autos, le gaz des avions : ça reste dans l’air et c’est très dangereux pour la Terre ! 

Voilà, j’ai fini ...

Tous les enfants applaudissent Tolu. Tous sauf un: Jonas !

- T’as oublié les vaches ! lui souffle-t-il 

- Comment ça les vaches ?? demande surpris Tolu.  

- Les vaches quand elles font des prouts ! répond Jonas à haute voix.

Toute la classe se met à rire. 

- Mais ne riez pas, le gaz des vaches qui pètent, c’est même plus dangereux pour l’effet de serre qu’un avion dans le ciel ! C’est mon père qui me l’a dit ! répond fièrement Jonas.

- Tu dis n’importe quoi, s’énerve Romain. Mon père à moi dit qu’il vaut mieux se rendre à l’école à pied.

- C’est très bien ça ! dit une petite voix au loin

- Ma mère à moi me met toujours mon jus de fruit dans une gourde 

- Très bonne idée ! continue la voix.

- C’est nul, moi je préfère les canettes, c’est plus pratique, répond Jonas. 

- Oui mais une canette, ça met 2 siècles pour disparaître de la terre ! répond Tolu

- Bien répondu ! souffle à nouveau la voix.

- T’exagères pas un peu là ? ?!!! ajoute Jonas.

-  Pas du tout, et savez-vous combien font 2 siècles ?

- Non ! répondent-ils tous curieux. 

-  200 ans ! affirme Tolu

- 200 ans pour une toute petite canette ? se met à rire Jonas, incrédule.

- Parfaitement ! lui répond Tolu

-  Mais pourquoi ça mettrait autant de temps ? demande Laura curieuse  

- Parce ce n’est pas biodégradable, aucune bestiole ne voudrait d’une canette pour son quatre-heures ! 

- T’en sais des choses Tolu ! 

- Moi en tout cas,  je jette les bouteilles en plastique dans la Poubelle jaune ! affirme Romain.

- Moi je ne fais pas de tri, ça me soule ! 

Jonas n’a pas terminé sa phrase qu’il se met à crier : « Aïe, Ouïe ! Quelque chose m’a piqué ! »

- Ouais c’est ça, fais ton intéressant maintenant ! se moque Romain

- Moi, je n’ai pas pris de bain hier, se félicite Laura

- Fastoche ! Moi non plus ! répond Jonas

-T’a pris une douche comme moi ! lui demande Laura

- Pas du tout ! Je ne me suis pas lavé, tout simplement !

- Mais t’es crado ! lui rétorque Laura en se pinçant le nez

- Ben quoi ? répond Jonas.

- Moi je te dis Bravo, Laura parce que pour un bain, il faut faire couler trois fois plus d’eau que pour une douche, explique Tolu

- Oui mais moi j’adore le bain parce qu’on peut jouer avec la mousse !  répond naïvement Bénédicte 

- Aïe, Ouïe, bondit-elle à son tour. 

Tolu explose de rire, car il comprend enfin que Miss Darling n'est pas bien loin !

- C’est toi qui m’as piqué ? demande Bénédicte à Jonas en se frottant l’oreille

- Non, c’est moi, Miss Darling,répond la petite voix !

Les enfants comprennent enfin que Miss Darling n’est autre qu’une abeille !

- Miss Darling est une abeille ! s’exclament-ils. 

- Oui et je peux vous dire que si tout le monde y mettait du sien comme vous, on pourrait vraiment réduire les gaz à effet de serre !

- Moi, je n’ai rien compris aux gaz à effet de serre ? avoue timidement Laura

- C’est peut être des gaz qui font des drôles d’effets ? répond Jonas 

- Mais non ! Ce sont des gaz qui réchauffent la terre ! 

- Excellente réponse mon p’tit Romain ! applaudit de ses petites ailes Miss Darling. Et si la terre se réchauffe, la neige se mettra à fondre, poursuit-elle. Dans d’autres endroits, ce sera au contraire la sécheresse. Et du coup, il n’y aura plus une goutte d’eau à boire. Tout le monde sera en grand danger. C’est pour cela que chacun d’entre nous doit faire un effort ! 

- Moi, je ne crois pasà toutes ces sornettes, ni à la sécheresse et encore moins aux inondations ! Et pourquoi pas un méchant loup qui dévorerait les enfants, pendant que vous y êtes ! répond Jonas

- Oh, mais il a la tête dure celui là. Nous finirons bien par te convaincre, promet Miss Darling

- Ce sera difficile, madame l’abeille !

- Oh l’insolent ! Tu vois, tu as encore du boulot, mon cher T

 

V

 Madame Delaporte revient dans la classe avec une bonne nouvelle : «  Un peu de silence, les enfants, nous allons choisir la destination de notre classe découverte. »    

- Youpi !! S’écrient-ils tous ensemble.

- Moi, je voudrais voir les ours polaires ! dit Laura.

- Moi, les girafes en Afrique ! préfère Romain.

- Et moi, le bleu turquoise des mers du pacifique … ajoute Bénédicte, rêveuse.

 

Devant un tel brouhaha, Madame Delaporte propose aux élèves un tirage au sort : « Vous allez écrire votre choix sur une feuille de papier que vous plierez et que vous mettrez dans ce grand chapeau rose. » 

Mais Madame Delaporte ajoute une condition : celui qui viendra tirer au sort sera celui qui obtiendra le plus de bonnes réponses à l’exercice.

Et voici les questions !  ( Réponses en pages 26-27) 

 

1/ Dans quelle poubelle faut-il jeter les bouteilles en plastique : 

- la verte ?

- la jaune ?

- la blanche?

 

2/ En quoi peut-on transformer une brique de lait ?

- en enveloppe

- en papier-toilette  

- en papier peint

 

3/ Que peut-on fabriquer à partir des bouteilles en plastique ? 

- Des ballons ?

- Des jouets ?

- Des pulls en laine polaire ?  

 

4/ En quoi peut-on recycler des canettes en aluminium ?

- En vélo ?

- En voiture ?

- En camion ?

 

5/ Que faire d’un jouet dont on ne veut plus ? 

- Le jeter

- Le donner

- Le mettre au grenier 

 

Madame Delaporte corrige les copies et annonce le gagnant !

- Bravo Tolu, tu as eu 5 bonnes réponses sur 5. C’est excellent ! C’est donc toi qui a l’honneur de tirer au sort la destination de notre classe découverte.

- C’est Miss Darling qui a dû te souffler les réponses ! chuchote Jonas, jalousement.

- T’as dit quoi ? lui demande Tolu énérvé.

- Non, non, rien, lui répond-il. 

 

Madame Delaporte demande à Tolu de venir à ses côtés.

Il arrive près du tableau, le chapeau rose débordant de petits papiers blancs. Sans regarder, Tolu remue les papiers et finit par en prendre un et un seul.

- Nous irons, nous irons Nous irons … sur la Banquise ! s’exclame Tolu. 

- Il n’y a pas de quoi se réjouir, on va se geler dans le Grand Nord, il fait - 40° , bougonne encore le grincheux de la classe. 

- Jonas, pourrais-tu être un peu plus poli ! Si vous n’avez plus de questions sur le voyage, on se retrouve dimanche matin à 6 heures 30 devant l’école, explique Madame Delaporte aux enfants. 

- Et si on emmenait avec nous Miss Darling ? propose Tolu. 

- Excellente idée ! répond Madame Delaporte.

- Je suis très touchée par votre invitation. Merci les amis ! répond Miss Darling. Enchantée Madame Delaporte ! 

 

Tolu range ses affaires et semble songeur. 

Une étendue de mer gelée … ça doit être tellement beau !

Il repense à ce mauvais rêve, à la banquise qui fondait sous ses pieds. Il est d’autant plus pressé de voir dans quel état se trouve le pôle Nord. 

 

VI

Ça y est ! Le grand jour est enfin arrivé. 

Dans la lumière naissante, nos petits explorateurs, prêts pour le grand départ, s’impatientent.  Sur l’aérodrome, un magnifique ballon dirigeable les attend. Les enfants n’ont jamais vu un tel engin : 

-Mais c’est énorme ! 

-C’est géant, tu veux dire !

- Ça ressemble à un dauphin ! 

-Moi, ça me fait penser à une meringue géante ! 

Le jour s’est levé. 

Quelques nuages parsèment le ciel déjà bleu. 

Et l’ambiance promet des moments de bonheur.

Bon voyage les enfants !!! souhaitent les parents çà et là.

 

- Attachez votre ceinture, nous allons bientôt décoller, prévient le pilote.

 

Le ballon dirigeable s’élance vers le ciel. Il avance tout en douceur, au rythme des nuages. Soudain, plus un mot…

Nos petits aventuriers, bercés par le mouvement doux et apaisant du ballon dirigeable, se mettent à cligner des yeux. 

Leurs paupières ne tardent pas à se fermer. 

Et soudain, c’est gros dodo pour tout le monde. 

Même Miss Darling s’est blottie dans les bras du pilote.

Et le ballon dirigeable monte, monte, et monte encore dans le ciel…VII

 

VII

L’arrivée sur la banquise est imminente. Plus que quelques minutes avant d’atterrir.

 

- Les enfants réveillez-vous. Nous allons bientôt atterrir !  annonce le pilote au micro. 

Mais il n’a pas fini sa phrase que le ballon dirigeable se met à bouger dans tous les sens.

Tolu se réveille en sursaut. 

-Que se passe-t-il ? demande-t-il 

- On tourne en rond, répond Miss Darling.

- Bip, bip, bip, bip, bip, bip !!!

- C’est quoi ce bruit ? demande Laura inquiète

- C’est une alarme qui s’est déclenchée !

- Le ballon descend trop vite ! crie Bénédicte 

- Mais j’ai peur !  

- Soyez calmes les enfants, tente de rassurer Madame Delaporte 

- Ca bouge trop, je vais vomir !

- Mais que se passe-t-il à la fin ?

- Le pilote a du mal à se poser ! explique Tolu en lisant le plan. La banquise a tellement fondu par endroit que je ne sais plus où nous sommes …

- Oulala, ça tourbillonne maintenant, pleure Laura

-Accrochez vous les enfants ! Nous allons devoir nous poser dans l’eau ! prévient le pilote 

- SPLAAAAAAAAAAASH !!!!!!!!!!!!!!!!!!

- Nous venons de nous poser au Groenland ! reprend le pilote 

- Tu parles ! Et comment on va faire maintenant dans l’eau ? 

Je n’ai pas envie d’être avalé par un phoque ! dit Jonas 

- Moi, j’ai une idée : je vais aller à la nage chercher du secours, dit Tolu plus courageux.  

- Tu n’y arriveras pas, lui déconseille Bénédicte 

- Je t’accompagne, répond Romain 

 

Le ballon dirigeable tangue dans l’eau et tout le monde s’impatiente. Ils ouvrent le ballon dirigeable et un vent glacial souffle sur la banquise. Alors qu’ils s’apprêtent à descendre, ils entendent une voix au loin. 

- Ohé, ohé !

Tolu, qui a chaussé ses jumelles, voit une silhouette arriver en kayak : « Attendez, je crois que quelqu’un arrive pour nous sortir de là. Oui, je le vois, il s’approche ! » 

 

- Merci de venir nous chercher, lui crieTolu. 

- Il ne fallait pas atterrir ici, la banquise a fondu par là ... lui répond le jeune garçon emmitouflé dans un manteau en peau de caribou

 

Le garçon attache alors une corde au ballon dirigeable qu’il tire de toutes ses forces.

Après beaucoup d’efforts, les voilà enfin sur la Banquise. Tout le monde descend du ballon dirigeable. Madame Delaporte félicite les enfants qui ont eu tant de courage.  

Et le paysage est si beau qu’ils oublient vite cette mésaventure.

 

- Ouaaaaw, c’est tout blanc, C’est vraiment beau… s’extasie Laura

- C’est le plus bel endroit que j’ai vu de toute ma vie, dit Tolu les yeux 

 scintillants de bonheur.

 

Devant eux, une espèce de luge géante, tirée par des chiens visiblement plus habitués au froid que nos camarades, les attend. Ils grimpent sur le taxi-neige avec le jeune garçon. 

Les enfants applaudissent leur sauveur qui est à peine plus âgé qu’eux. 

-Tu es vraiment trop gentil, tu nous as sauvés la vie ! le remercie Bénédicte 

-Comment t’appelles-tu, lui demande Laura

- Je m’appelle Anoki.

- Ano quoi ? Anorak ?

Ils se mettent tous à rire. Et Anoki, qui ne comprend pas pourquoi, se met à rire aussi ! 

- C’est un nom eskimo ? demande Bénédicte 

- Eh, ne dites pas Eskimo, prévient Miss Darling 

- Ben pourquoi ? demande Bénédicte

- C’est un mot pas très joli qui signifie 'mangeur de viande crue' dans leur langue. Ils préfèrent être appelés 'Inuit'. En français, ça veut tout simplement dire 'humains' 

 

Le traîneau glisse alors vers la tente où le reste de la famille Inuit les attend au chaud.

 

VIII

Sous la tente, la famille d’Anoki est au grand complet. Avec générosité, ils offrent à nos explorateurs des couvertures et une bonne soupe, de quoi nourrir et réchauffer tout ce petit monde. 

Au coin du feu, le père Inuit raconte l’histoire de son peuple aux enfants : « Ici, les enfants, c’est la planète blanche. Nous, les Inuit, nous vivons ici depuis des millénaires et notre Terre s’appelle NUNAVUT. Hélas, je suis triste de voir notre si belle banquise fondre progressivement. Je suis surtout inquiet pour nos phoques qui deviennent si malades à cause de la nourriture polluée et les ours qui ont de plus en plus de mal à se nourrir. » 

Alors que les enfants écoutent attentivement le père d’Anoki, on entend un drôle de bruit. Des pas grinçant sur la banquise : CR CR CR CR …

Soudain,on frappe à la porte.

- Toc, toc, toc, 

- C’est qui ? demande Bénédicte tremblante.

-  C’est moi, répond l’inconnu d’une voix grave.  

- Mais tu es qui toi ? questionne Laura

 - C’est Romy ! 

- On ne connaît pas de Romy, répond Laura 

- Mais c’est moi, l’ours polaire ! Ouvrez à la fin !

Tous les enfants poussent un cri de joie. Rencontrer un ours polaire, c’est le moment dont ils rêvent depuis si longtemps.

Laura est la première à s’en approcher. 

- Bonjour Romy, moi c’est Laura. 

- Bonjour Laura, bonjour les amis. Bienvenue sur la banquise. Le voyage s’est-il bien passé ?

- Mouais, bof, pas vraiment, murmure Jonas 

- Oh juste un petit problème à l’arrivée mais Anoki nous a bien aidés, reprend Miss Darling. 

- En tout cas, nous sommes heureux de voir qu’il y a encore des ours par ici, dit Tolu

- Oh mon p’tit... Je crains que nous soyons les derniers. Les phoques sont notre seule nourriture. Et les pauvres bêtes sont de plus en plus malades. Bientôt, on n’aura plus rien à se mettre sous la dent. D’ailleurs, j’ai beaucoup maigri ces derniers temps ? Mais on n’est pas là pour se lamenter mon p’tit. On a mieux à faire et moi je vous propose une petite visite de la banquise. Ca vous dit ? propose l’Ours polaire.

- Oh oui, chouette ! répond Bénédicte qui a repris des couleurs.

 

La balade commence.  Le paysage est magnifique, à perte de vue. 

Les chiens courent. Et la glissade est une vraie partie de plaisir !

- Quel magnifique lever de soleil ! dit Laura 

- Je vous l'avais dit, c'est le plus beau du monde ! répond fièrement Anoki. 

- Moi, je n'aimerais vivre nulle partailleurs, ajoute Romy, même si c’est de plus en plus difficile pour nous ! Nous sommesde moins en moins d’ours polaires à survivre ici car la banquise fond de plus en plus tôt et la saison de chasse devient beaucoup plus courte.  

- Ca ne doit pas être facile pour toi ?

- Oh, non ! soupire Romy,  la banquise, ce n’est plus ce que c’était ! Venez, je vais vous montrer. Tu vois, avant, ici, tout était blanc. On pouvait marcher pendant des heures sans tomber dans un trou.  Maintenant, la banquise est en morceaux et pour trouver de quoi manger, on est obligé d’aller à la nage vers un bout de glace, parfois très éloigné … 

- Je peux te prêter ma bouée, si tu veux ! lui propose gentiment Bénédicte.

- Je ne risque pas de rentrer dedans, mon p’tit. Mais attendez, vous entendez cette voix ? 

- Au secours, au secours !  

- Mais, que se passe-t-il ? demande Tolu 

- C’est un bébé ours qui se noie ! J’y vais ! dit Romy en plongeant dans l’eau.

L’ours polaire se dépatouille dans l’eau gelée, il nage tant bien que mal mais il a du mal à rattraper le bébé ours.

- Venez m’aider ! 

Romy tend sa patte d’Ours. Anoki tente de le retenir mais il est si lourd que le jeune garçon risque à son tour de tomber.

Anoki a une idée : « Tenons-nous tous par la main. Nous allons faire une grande chaîne. Oh hisse, Oh hisse ! Tenez bon, oh hisse, oh hisse ! Encore , oh hisse, oh hisse ! »

Ouf ! On y est arrivé ! Romy revient tout mouillé avec l'ourson sain et sauf dans les bras. 

- Bravo, les enfants, nous avons tous réussi ! 

Tout le monde se retrouve alors au côté de l’ourson. 

- Il est trop mignon,Comment t’appelles-tu ? demande Laura

- Je m’appelle Yoto, répond d’une voix toute fragile.

- Mais que s’est-il passé ?

- Je voulais juste rejoindre l’iceberg mais la banquise a tellement fondu qu’il faut désormais nager très longtemps pour passer d’un endroit à l’autre. Et nous les bébés oursons, on ne sait pas trop nager. Je n’en pouvais plus de fatigue ; si vous n’étiez pas passés par là, je me serai noyé. Merci, vous m’avez sauvé la vie ! 

-  Allez, faisons un feu pour nous réchauffer, propose Anoki.

- Bonne idée ! Je ne sens plus mes pieds, dit Madame Delaporte.

- C’est drôle, j’ai les ailes qui se congèlent ! remarque Miss Darling.

- Et moi c’est mon nez, si ça continue, il va se décrocher ! ajoute Romain.

Autour du feu, tout le monde se frotte les mains. Ils sont fiers de leur geste héroïque. Et, il est temps de retourner vers la tente. 

 

IX

 

A peine arrivés, ils racontent leur histoire au papa d’Anoki.  

- Vous êtes de véritables petits héros ! leur dit-il.

- De grands héros, vous voulez dire ! ajoute Romy, de sa voix grave.

- La banquise qui fond, ce n’était donc pas qu’un cauchemar, mais bien la réalité, comprend Tolu.

- Que peut-on faire, alors ? demande Laura

- Respecter la terre, car la terre est notre maison à tous, répond l’ours polaire.

- On va la respecter la terre, tu peux compter sur nous ! promettent les enfants : 

- Moi, je ne prendrai plus jamais de bain ! 

- Moi, je ne laisserai plus jamais couler l’eau du robinet pendant que je me brosse les dents ! 

- Moi, je jetterai tout le temps les bouteilles en plastique dans la poubelle jaune ! 

- Et moi, je ne laisserai plus jamais les lumières allumées en sortant de ma chambre !

- Je vous remercie beaucoup les enfants et n’oubliez pas de dire à tous vos amis que nous partageons tous la même planète ! dit Romy.

- Nous leur dirons, Romy, tu peux compter sur nous, s’exclament les enfants. 

- Vous êtes tous formidables ! Et vous Miss Darling, vous êtes craquante ! conclut Romy l’ours polaire.

- Merci mon grand vous n’êtes pas mal non plus ! lui répond-elle

Mais je n’ai pas entendu Jonas, je crois, s’aperçoit-elle.

- Euh, c’est que … enfin … je ne sais pas …, hésite Jonas.

- Et bien quoi ? Tu es timide ? lui demande-t-elle. 

- Non mais avant de venir ici, je ne pensais pas que la banquise avait autant fondu. Je suis vraiment désolé. Je ferai attention à notre planète désormais, promet alors Jonas.

- Et bien voilà, tout arrive ! répond Miss Darling en faisant un clin d’œil à Tolu.

 

Tolu sort son polaroid et demande à un membre de la famille Inuit de les prendre en photo. 

Tout le monde y est : Anoki et son père, Romy l’ours polaire, Yoto le bébé ourson, Tolu, Miss Darling, Madame Delaporte et tous les enfants. Un merveilleux souvenir qu’ils ne sont pas près d’oublier. 

Une larme se met alors à couler sur les joues de Laura. 

- Mais, pourquoi pleures-tu jolie Laura ? lui demande Romy

- Parce qu’on repart déjà et que vous êtes nos amis ! 

Madame Delaporte et Miss Darling ont-elles-aussi beaucoup de mal à cacher leur émotion. 

En signe d’adieu, Anoki et sa famille se mettent à chanter une chanson du folklore Inuit. 

Et, oui, il faut déjà se dire au revoir. 

Nos petits explorateurs vont bientôt décoller. Laura s’avance pour embrasser Anoki et lui tend sa joue. Anoki se met à rire

Et savez-vous pourquoi ?

Parce qu’au pays des Inuits, on ne se fait pas la bise avec la bouche mais avec le nez !

 

Le ballon dirigeable, qui a fini par sécher, a mis le moteur à tourner. Mais avant de remonter à bord du vaisseau aérien, Tolu, fait promettre une chose à Miss Darling : ne plus piquer l’oreille des enfants !!!

- C’est PROMIS !!!

“““““““““          FIN        “““““““““

Réponses au questionnaire

 

1/ Dans quelle poubelle faut-il jeter les bouteilles en plastique : 

La Poubelle Jaune 

pastedGraphic.png

 

 

2/ En quoi peut-on transformer une brique de lait ?

Les 3 ! : en enveloppe, en papier-toilette et même en papier peint

 

pastedGraphic_1.png >>pastedGraphic_2.pngpastedGraphic_3.png

 

 

3/ Que peut-on fabriquer à partir des bouteilles en plastique ? 

Des pulls en laine polaire

2 bouteilles = 1 écharpe en laine polaire

27 bouteilles = 1 pull polaire

>>        pastedGraphic_5.png

 

4/ En quoi peut- on recycler des canettes en aluminium ?

Avec 250 canettes on peut fabriquer 1 vélo !

 

  pastedGraphic_6.png >>                   pastedGraphic_7.png

 

 

5/ Que faire d’un jouet dont on ne veut plus ? 

Le donner, ça fera des heureux !  

pastedGraphic_8.png

 

 

 

 

 Déposé à la SACD